Les modalités d’information et de consultation du CSE

Écrites et précises, l’employeur est tenu de transmettre au CSE des informations et des réponses aux observations formulées, dont la teneur doit permettre le déroulement des consultations limitées par un délai préfix. Défini par accord collectif ou par la loi, ce délai varie en fonction de l’intervention d’experts et l’implication du CSE central ou de CSE d’établissement.

L’information écrite et précise

Afin de rendre un avis éclairé, le CSE dispose d’informations précises et écrites transmises ou mises à disposition par l’employeur, et de la réponse motivée de l’employeur à ses propres observations (art. L. 2312-15 C. trav.). 

À noter

Cette exigence d’information précise est indispensable pour donner un effet utile à la consultation. La précision de l’information est nécessaire car la consultation est limitée par un délai préfix, il n’est donc pas possible de prolonger la consultation au-delà de ce délai, pour préciser l’information au fur et à mesure des réunions. 

Le CSE peut, s’il estime ne pas disposer d’éléments suffisants pour rendre un avis, saisir le président du tribunal de grande instance statuant en la forme des référés, pour qu’il ordonne la communication par l’employeur des éléments manquants. 
Le président du tribunal de grande instance statue dans un délai de 8 jours. 
La saisine du président du tribunal de grande instance n’a pas pour effet de prolonger le délai dont dispose le CSE pour rendre son avis. Toutefois, en cas de difficultés particulières d’accès aux informations nécessaires à la formulation de l’avis du CSE, le juge peut décider la prolongation de ce délai.

Conseil CFTC 
N’hésitez pas à formuler des propositions et des observations ; l’employeur devra y répondre de manière argumentée et motivé. Posez des questions précises pour obtenir des réponses précises ! 

L’employeur communique au CSE l’information écrite et précise au moyen de notes d’information pour les consultations ponctuelles et récurrentes. 
De plus, pour les consultations récurrentes, l’employeur met à disposition du CSE l’ensemble des informations nécessaires aux consultations et informations récurrentes, dans la base de données économiques et sociales (art. L. 2312-18 C. trav.). 
Pour plus d’informations sur la BDES voir la partie 7 « Les moyens du CSE ». 

Les délais de consultation

Afin de rendre un avis éclairé, le CSE dispose d’un délai d’examen suffisant (art. L. 2312-15 C. trav.) dont le point de démarrage est fixé à compter de la communication par l’employeur de l’information précise et écrite (art. R. 2312-5 C. trav.). 
Sauf s’il est défini par la loi (en matière de plan de sauvegarde de l’emploi), le délai de consultation est défini : 

  • par accord collectif majoritaire conclu avec un ou plusieurs délégués syndicaux ; 
  • ou bien, en l’absence de délégué syndical, par accord entre l’employeur et le CSE, adopté à la majorité des membres titulaires. 

À défaut d’accord, l’article R. 2312- 6 indique un délai préfix de consultation de : 

1 mois 

En cas d’intervention d’un expert du CSE, le délai de consultation est de : 

2 mois 

En cas d’intervention d’un expert du CSE et en cas de consultation du CSE central et d’un ou de plusieurs CSE d’établissement, le délai de consultation est de : 

3 mois 

En cas de consultation du CSE central et d’un ou plusieurs CSE d’établissement, ces délais s’appliquent au CSE central. L’avis de chaque CSE d’établissement est transmis au CSE central : 

au plus tard 7 jours avant l’expiration du délai de consultation

À l’expiration de ces délais, le CSE est réputé avoir été consulté et avoir rendu un avis négatif (art. L. 2312-16 C. trav.). Par conséquent, même si le CSE ne rend pas d’avis, la procédure de consultation prend fin. 

Conseil CFTC : Comment définir un délai suffisant par accord ? 
Il peut être judicieux dans le cadre d’un accord fixant les modalités de fonctionnement du CSE de prévoir des délais plus favorables que ceux fixés par l’article R. 2312-6 du Code du travail. Ce délai peut donc être fixé librement par accord d’entreprise à condition qu’il soit suffisant. Par exemple dans une entreprise à établissements distincts, pour permettre à chaque CES d’établissement de fournir un avis au CES central, il peut être opportun de prévoir un délai qui permette de rendre un avis. Les établissements ont par le décret un délai très court de 7 jours pour transmettre leur avis au CSE central. 
La loi ne précise pas de délai minimum, c’est donc au niveau de chaque entreprise de le définir ou d’appliquer les dispositions supplétives prévue par l’article R. 2312-6 ; Ces délais doivent permettent au CSE d’exercer utilement sa compétence, en fonction de la nature et de l’importance des questions qui lui sont soumises. 

Attention : L’employeur peut aussi, dans le cadre de la négociation d’un accord, proposer des délais de consultation plus courts que ceux fixés dans le Code du travail. Il faut d’être vigilant et essayer d’obtenir des délais plus favorables que ceux fixés dans le Code du travail. 
Les dispositions supplétives ne s’appliquent qu’en l’absence d’accord. 

• Missions et attributions dans les entreprises de moins de 50 salariés : art L. 2312-5 à -7 et L. 2315-21 à 22 du Code du travail
• Attributions générales dans les entreprises de plus de 50 salariés : art L. 2312- 8 à -16 du Code du travail
• Consultations et informations récurrentes : art L. 2312-17 à -36 du Code du travail
• Consultations et informations ponctuelles : art L 2312-37 à -58 du Code du travail
• Droit d’alerte entreprise de plus de 50 salariés : art L. 2312-59 à 71 du Code du travail
• Participation au conseil d’administration : art L 2312-72 à -77 du Code du travail
* Le recours à l’expertise est traité en partie 6 « La gestion des ressources du CSE » * la BDES est traitée dans la partie 7 « Les moyens du CSE »

PARTAGER CET ARTICLE :
MON GUIDE CSE

Le guide pratique sur le comité social et économique

FERMER

RECHERCHER